Adult Stories Forum

Go Back   Adult Stories Forum Histoires de sexe en français Anal

Reply
 
LinkBack Thread Tools Search this Thread Display Modes
DurumOffline
No Avatar
Uyarý:
Profil detaylarýný görmek için üye giriþi yapmalýsýnýz

Üyeliðiniz bulunmuyorsa Kayýt ol linkine týklayarak kayýt olabilirsiniz.

Marie - Ch 11

 
Post #1


Marie - Ch 11Marc se lève tôt, et après une rapide douche il se prépare un café, son seul petit déjeuner. Marie dort encore et il se pose beaucoup de questions sur la suite et surtout sur sa relation avec sa petite Marie. Quand elle arrive dans le salon elle est enroulée dans le drap et le regarde avec un sourire. Il la trouve tellement belle.« Salut » lui lance-t-elle sur un ton trop neutre.« Salut. Bien dormi ? Tu prends quoi pour le petit-déjeuner ? »« Oh rien c?est gentil. J?imagine que tu ne vas pas tarder à partir. Tu peux me déposer chez moi, je prendrai une douche rapide avant de venir au magasin. »« Oui bien sûr. » Marie retourne dans la chambre où elle enfile ses dessous et sa robe et reviens dans le salon. Marc est prêt à partir.« On fait comme si de rien n?était au magasin ? » demande-t-elle très naturellement.« Oui, c?est sans doute mieux pour tous les deux. » Marc ne sait pas quoi penser, il est surpris par le ton laconique de Marie, mais en même temps il s?y attendait un peu, il se doutait bien que le matin allait effacer les rêves de la nuit.Avant de partir, Marie s?avance vers Marc et le serre dans ses bras, puis elle l?embrasse sur le torse et se recule. Marc le prend comme une marque sincère de tendresse et en même temps ce baiser est comme le signe d?une fin de relation, qui n?a jamais vraiment commencé d?ailleurs.« Marie. » Il marque une pause, hésitant encore une seconde avant de lui dire : « Je t?assure, tu peux arrêter maintenant si tu veux. Je serai dans mon bureau tout à l?heure et si tu ne viens pas pour ? enfin tu sais bien, je ne t?en voudrai vraiment pas. »Marie était tellement plongée dans ses interrogations sur sa relation avec Marc et le comportement qu?ils vont avoir à présent au magasin qu?elle en a presqu?oublié ce qu?ils ont à faire tous les deux.« Je ne sais pas Marc. Je suis un peu perdue. »« Je te ramène, tu prends ta douche et le temps de réfléchir. Tu peux arriver vers 9h00, tu prétexteras un problème quelconque. Et si tu as besoin de parler à nouveau tu viens me voir, même si ce n?est que pour parler. »« Merci, je vais faire ça. »Marc dépose Marie devant chez elle. Comme hier soir, pour éviter de penser, elle prend une douche rapide, enfile un jean et un tee-shirt et se pose devant un thé. Elle ne sait vraiment pas quoi faire, son c?ur se met à battre à chaque fois qu?elle se voit retourner au magasin, croiser les regards de ses collègues ; elle va avoir beaucoup de mal à faire comme s?il ne s?était rien passé. Et si elle allait donner sa démission à Marc ? Mais si le Directeur porte vraiment plainte ? Que vont penser ses collègues ? Et Marc comment fera-t-il ? Son c?ur s?emballe, elle est prise de panique. Elle prend son téléphone et appelle Marc au bureau :« Marc S. bonjour »« Marc c?est moi. »« Oui bonjour Marie que vous arrive-t-il ? »« Je peux te parler ? »« Non, bien sûr ce n?est pas grave. Voulez-vous que je demande à Chantale de vous appeler le plombier qui travaille pour nous ? »« Tu n?es pas seul ? »« Ok. Voyez ce que vous pouvez faire, on va s?arranger ici le temps que vous régliez ce problème. Tenez-nous au courant. »Et il raccroche tout en expliquant à Chantale qui est venu le voir pour les questions quotidiennes sur la journée : « C?est Marie, elle est sous l?eau, un problème de plomberie, elle sera sans doute en retard. »Il prend alors rapidement congés de Chantale et rappelle Marie : « Désolé, tu as compris j?imagine, j?étais avec Chantale. Du coup tu as tout ton temps pour arriver. »« Je ne sais pas quoi faire Marc. »« Je me doute bien. Si tu veux prend quelques jours, on s?arrangera ici. »« Oui mais pour ? pour la vidéo, le Directeur. »Marc ne sait pas quoi faire pour la rassurer, timidement il ajoute : « Si tu veux je passe dans la matinée, j?ai un rendez-vous avec un fournisseur et en sortant je viens te voir et on ? »« Personne ne t?a posé de question sur notre rendez-vous chez le Directeur. »« Si, j?ai croisé Martine en arrivant, je lui ai expliqué que le protocole des commandes allait changer complètement et qu?on allait être formés toi et moi pendant quelques semaines sur le nouveau système. Et je lui ai dit que le temps de s?adapter il fallait qu?on passe les commandes le soir et qu?on les réceptionne le matin toi et moi depuis mon ordi. »Marie est un peu rassurée que Marc ait pu inventer une histoire plausible. Elle est toujours agréablement surprise de son calme et de sa capacité à réagir.« Ah bien. Merci, je crois que j?aurais été incapable de raconter quoique ce soit. »« Ecoute, reste chez toi, je passe tout à l?heure, on en parle et tu verras. »« Non, je vais venir, je crois que c?est mieux, sinon je ne suis pas sûre de pouvoir le faire plus tard. »« Et encore une fois, si tu ne viens pas dans le bureau je m?arrangerai. »« Merci Marc, à tout à l?heure. »Marie pose sa tasse dans l?évier et, sans vraiment réfléchir, prend son sac et sort de chez elle. Elle part pour le magasin à pieds. Elle croise quelques personnes, et étrangement elle se sent moins stressée. Plus elle marche et plus elle reprend confiance. Elle croise des gens, se dit qu?ils ne savent rien de ce qu?elle vit, et ça la rassure.Quand elle arrive au magasin il y a un camion de livraison et elle croise José qui le décharge : « Salut ma princesse ! T?en fais une tête ma belle. »José, elle l?adore, il lui fait penser à son père. Pas loin de la soixantaine, il a toujours été bienveillant avec Marie dès ses débuts, il l?a souvent aidée à déballer ou ranger des colis trop lourds. Il est arrivé du Portugal il y a une vingtaine d?année et il aime bien parler de son pays et de sa vie d?avant, et Marie aime beaucoup l?écouter.« Salut José, ça va ? »« Dès que je te vois Marie, je sais que ma journée sera belle. C?est la commande 17. Tu peux me signer la réception. »Marie signe le bon, fais une bise à José et rentre dans le magasin par les stocks où Ahmed réceptionne déjà des commandes.« Salut Marie ! »« Salut Ahmed ! »Marie ne remarque rien de spécial, tout est comme tous les jours, elle en est presque surprise.« La 21 est en retard comme toujours, tu pourras leur dire à ces connards que c?est pas une heure pour livrer le frais. »« Oui Ahmed, je sais, je vais encore les appeler. »Et Marie se dirige vers son bureau, les yeux d?Ahmed rivés sur son cul moulé dans ce jean qu?il rêve un jour de déboutonner.« Marie !! » C?est Martine qui l?appelle, comme presque tous les matins.« Salut Martine ! »« Alors ça va ? Marc m?a dit pour hier. »Marie ne sait pas trop quoi répondre, et elle connait trop bien Martine pour savoir qu?elle est capable de prêcher le faux pour savoir le vrai.« Oui, du boulot en plus, mais ça va aller. »« C?est dingue ça, ils changent les logiciels et c?est toujours sur nous que ça retombe ! »« T?en fais pas, c?est de l?administratif. Marc et moi s?en chargerons, c?est juste du temps en plus pour nous et ça ne change rien pour le rayonnage. »« Ma pauvre, te laisse pas faire ! » crie-t-elle en retournant dans la chambre froide.Marie rentre dans son bureau et se sent tout à fait rassurée. Personne n?a l?air d?avoir changé son comportement. Elle se pose à peine la question de devoir aller dans le bureau de Marc, au moins elle sera en sécurité avec lui.Elle décroche son téléphone, compose le 004 : « Je suis là Marc. Tu veux que je monte ? »« C?est comme tu veux Marie. J?ai le temps maintenant. »« J?arrive. »Marie se lève, sort de son bureau, passe voir Martine pour se rassurer encore et pour lui dire :« C?est partie, je vais réceptionner les commandes chez Marc, si t?as besoin tu m?appelles sur son poste. »« Merci, j?ai de la préparation pour un moment. A tout à l?heure. Ah attends, pour passer les commandes pour moi, je fais comme avant. »« Oui oui rien ne change, soit tu me les déposes sur mon bureau, soit tu utilises mon ordi. Le reste se passe dans le nouveau logiciel. »« Ok, à tout à l?heure. »Marie traverse le magasin et se rend dans le bureau de Marc à la porte duquel elle frappe.« Entrez. Salut Marie, enfin ? »« Salut Marc. Je viens pour la réception des commandes. » lance-t-elle pour se donner de la contenance en souriant.« Ça va ? »« Mieux, je crois que j?ai bien fait de venir plutôt que de rester chez moi à me morfondre. En fait ça va beaucoup mieux. Tu es prêt ? »Marc est totalement surpris de l?attitude de Marie, dans un excès de bons sentiments, il s?attendait à la voir abandonner la partie et affronter seul le Directeur. Et c?est lui qui commence à stresser à présent.« Mais tu es sûre Marie ? » lui demande-t-il entre tendresse et stupeur.« Tu te dégonfles ? » lui répond-elle avec un grand sourire conquérant et elle ajoute :« C?est toi qui commences. Tu as la caméra ? »Marc ne pensait vraiment pas que les choses allaient se passer comme ça, il n?en mène pas large mais tente de faire bonne figure en attrapant rapidement la caméra dans sa sacoche et en la tendant à Marie.« Tu as juste à appuyer là pour l?allumer et ensuite ici pour filmer. Mais ? »Et il ne termine pas sa phrase, ne sachant quoi dire pour tenter d?arrêter le temps.« C?est toi qui commences, ensuite je te passe la caméra et c?est moi qui le fais c?est ça ? »« Oui, enfin je me ? je me déshabille, il faut que je sois ? »« Ah oui c?est vrai, tu dois te ? tu dois bander et ensuite je film en gros plan et moi je dois me caresser les seins, me montrer en gros plan et ensuite un dernier plan sur toi, c?est ça ? »Tout en disant cela Marie n?en revient pas, dans ce bureau, avec Marc, elle n?a jamais imaginé qu?un jour elle pourrait parler comme ça. Et elle y prend un certain plaisir inattendu, une petite excitation née de nulle part qui la fait sourire et lui caresse le ventre.« C?est ça, je crois bien. »« Ça tourne ! »« Non attend ! » Marc n?est décidemment pas près. Il s?attendait à consoler une Marie désespérée et elle est à présent bien plus à l?aise que lui.« Quoi ? »« Attends, je vais fermer le bureau à clés peut-être et ? » Il va fermer la porte de son bureau, le plus silencieusement possible. Et dans un dernier espoir tente de gagner un peu de temps et d?assurance :« Tu es sûre ? »« Allez vas-y ! » Marie a bien remarqué la gêne de Marc et elle ne peut s?empêcher d?en sourire, de s?en moquer presque. Même si elle sait qu?elle devra faire de même mais cela ne la dérange pas, pas pour l?instant, et puis il a en a déjà tellement vu. Finalement elle a l?impression que les choses vont s?équilibrer un peu. Elle n?a vu que sa bite réalise-t-elle, alors que lui l?a regardée de près, les cuisses écartées, le sexe et le cul ouvert comme jamais personne ne l?avait vue auparavant.« Bon j?y vais, et quand je ? enfin tu vois, tu me donnes la caméra sans l?arrêter. »« Oui oui je sais. » Marie attend quelques secondes et lance : « Ça tourne ! »Marc commence par sa chemise, assez facilement, puis ses chaussures et son pantalon la rejoigne sur son bureau. Après une seconde d?hésitation il enlève son caleçon et après un premier geste incontrôlé de ses mains pour masquer sa verge molle, il reste comme figé.Marie lui fait un signe de la tête en souriant et en regardant son entrejambe. Marc ne sait plus où se mettre, jamais il ne s?est senti aussi mal, le Directeur est un vrai sadique se met-il penser. Il baisse la tête, regarde sa bite et se demande comment il va réussir à la redresser, même un peu. Marie remarque le désarroi de Marc et en a presque pitié, elle se sent coupable de sa détresse et ne pensait pas que ça pourrait être si difficile pour lui. Elle arrête la caméra.« Eh ! Ça va ? » lui demande-t-elle avec tendresse.« Mais il ne faut pas arrêter la caméra. » lance-t-il désespéré.« On recommencera, et puis j?aime bien te regarder te déshabiller. » dit-elle avec beaucoup de bienveillance.« Génial » Marc n?est pas vraiment mécontent finalement et il arrive à esquisser un sourire.« Allez rhabille toi et on va recommencer. Et si tu veux je peux t?aider un peu. » Marie a clairement pris le dessus. Finalement la situation l?excite énormément et elle se sent totalement à l?aise.« Comment ça m?aider ? » Marc n?arrive plus à penser logiquement.Tout en s?avançant vers lui, elle retire son tee-shirt et dévoile son soutien-gorge blanc, très classique, mais qui pour Marc est un délice duquel il n?arrive pas à détacher son regard. Elle le regarde dans les yeux et quand ses seins touchent le torse velu de Marc, elle att**** son sexe et entreprend de la masturber lentement. Il ne faut pas longtemps pour qu?il se retrouve dressé et dur dans la main de Marie.« J?ai cru que tu n?avais plus envie de moi. » lui glisse-t-elle à l?oreille.« Si seulement ? » répond-il plein de désespoir.« On recommence. »Marc se sent un peu mieux, il se rhabille rapidement pendant que Marie remet son tee-shirt et se prépare à nouveau à filmer.« C?est bon » dit-elle.Marc recommence encore une fois à se déshabiller. Il fait ça vite, et une fois nu, sans avoir le temps de réfléchir, il branle doucement son sexe à moitié bandé, et lui redonne assez facilement toute sa vigueur. Marie avance la caméra puis, après un grand sourire, la tend à Marc et se recule.Marc dirige l?objectif vers Marie qui a retrouvé un visage aussi neutre qu?elle peut, n?ayant pas envie de montrer au Directeur qui regardera sans doute la vidéo en détail, tout le plaisir qu?elle prend à présent à ce petit jeu. Elle commence par les baskets, puis ses chaussettes. Marc réalise qu?il ne va pas tarder à la voir nue, une nouvelle fois et son sexe est pris de soubresauts qui trahissent son désir. Et comme l?a fait Marc elle se déshabille rapidement sans y mettre la moindre conviction. Une fois nue, sans regarder Marc ni la caméra, elle se caresse les seins qui pointaient déjà d?excitation. Elle retire alors ses mains, regarde la caméra que Marc approche un peu, puis elle écarte les jambes et de ses deux mains ouvre son sexe, comme l?a demandé le Directeur, et l?offre à la caméra. Marc ne s?attarde pas, un dernier plan sur son propre sexe plus dressé que jamais et il arrête le film.« Fin. » annonce-t-ilIl ne bouge plus, garde ses yeux sur la caméra ne sachant ni quoi faire ni quoi dire, quand Marie s?approche de lui, le prend dans ses bras et lui dit : « J?ai tellement envie que tu me fasses l?amour comme hier soir. » Et elle l?embrasse sur la bouche, assez rapidement, mais ce baiser remplit Marc de bonheur et d?espoir sur leur relation. Il a sans doute envie de lui faire l?amour aussi, mais il ne sait même pas en réalité, il est tellement heureux de ce que Marie vient de faire qu?il en oublie tout le caractère sexuel.Et avant de lâcher son étreinte, elle ajoute : « Il faut qu?on trouve une solution. » Ils se rhabillent alors tous les deux. Marc a du mal à y croire, la solution dont parle Marie c?est pour lui celle qui leur permettra de vivre une vie de couple normale. Il l?aime tellement sa petite Marie à présent.Et encore une fois, comme si le grand maître du jeu avait appuyé sur un bouton, Marie lance : « Tu as dit quoi à Chantale et aux autres pour le nouveau logiciel ? »Marc termine de mettre sa chemise dans son pantalon : « Rien de particulier, qu?on allait changer tout le mode des commandes, et que le matin il faut en valider la réception depuis mon ordinateur et le soir les lancer et rentrer les stocks dans le nouveau système. J?ai aussi inventé une connerie sur la connexion avec le logiciel actuel pour que ça ne change rien pour les autres. »« Génial, j?ai dit la même chose à Martine en gros. » et elle joute :« A ce soir alors » et ne peut s?empêcher d?embrasser rapidement Marc, comme une guêpe, sur la bouche avant de sortir.A sa sortie, elle croise Chantale et tente rapidement d?effacer le large sourire qu?elle a sur le visage en espérant qu?elle ne l?a pas remarqué. Marie n?aime pas beaucoup Chantale, elle était déjà là avec l?ancien responsable et n?a jamais rien fait pour la soutenir quand elle avait tenté de lui parler des avances de ce gros porc ; et elle ne sait pas vraiment à quoi elle sert, elle fait du secrétariat, un peu de compta, mais pas grand-chose de plus. « Ah je vois que le nouveau logiciel te rend heureuse. » lui lance Chantale avec un air entre dédain et jalousie.« Oh tu dois bien imaginer, Marc et les nouvelles technologies ça fait deux. Il est perdu avec ce nouveau logiciel. » Marie n?a rien trouvé de mieux, même si elle sait très bien qu?il est plutôt à l?aise avec l?informatique.« Il va falloir qu?il me montre parce que c?est important pour la compta ! »Quelle conne, pense Marie : « Oui, mais on vient justement de regarder la partie compta et elle s?adapte avec l?ancien système, donc en principe ça ne change rien. »Et alors que Marie reste là à attendre une réponse, Chantale retourne à son bureau sans rien ajouter en dehors d?un certain mépris.Marie est incroyablement détendue, elle se sent bien, sûre d?elle, elle fait le tour des rayons, discute avec chaque employé ; elle fait le tour des caisses pour savoir si tout va bien. Puis en retournant à son bureau elle croise Ahmed dont les yeux sont fixés un peu trop bas à son goût et elle lui dit, presque surprise d?arriver à sortir ces mots :« Eh !!! Il n?y a rien d?écrit sur mon tee-shirt !!! »Ahmed est tout aussi surpris, d?habitude Marie se laisse caresser les seins du regard sans rien dire, mais il ne se démonte pas, comme toujours.« Quoi ? Non je pensais à la 21, tu les as appelés ? »« Pas encore, j?y vais de ce pas. » Et elle ajoute : « Mais si tu veux venir avec moi dans le bureau, tu pourras vérifier, et même leur dire toi-même qu?ils sont toujours en retard. » avec un air qu?elle se découvre, entre amusement et défis.Ahmed se souvient de la dernière fois qu?il est entré dans le bureau et l?image de Marie nue lui remonte à la tête. Et puis il ne manquerait pas une occasion de se retrouver avec elle dans le bureau.« Ok je te suis. »Et comme toujours il ne peut fixer autre chose que le cul de Marie qui se dandine plus que d?habitude dans ce merveilleux jean moulant, sur le chemin jusqu?au bureau.« Bien, la 21 c?est Monreix c?est ça ? » dit-elle une fois à côté de son bureau.« Oui c?est ça. »Marie décroche le téléphone et appuie sur un bouton : « Salut Ben, c?est Marie, je suis avec Ahmed, notre responsable fruits et légumes, je crois qu?il a des questions sur la livraison, je peux te le passer. »Ahmed n?est pas très à l?aise, il prend le combiné que lui tend Marie : « Bonjour Monsieur. »Marie n?entend pas ce que dit Ben, mais elle le connait et sait très bien, pour l?avoir souvent appelé pour des retards de livraison, qu?il n?en a rien à faire.« Je ? Les livraisons ont beaucoup de retard et ? »Marie jubile.« Ah oui je comprends »Encore un silence.« Non non, mais je prépare à 8 heures et s?ils arrivent à 9 je suis dedans. »« Oui »« Ok, mais pas plus tard, sinon ? »« Au revoir. » et il raccroche.Marie se doute que Ben ne changera rien et qu?il a expliqué à Ahmed qu?il ne pouvait pas faire mieux.« Alors ? »« Je crois qu?il a compris. Il va faire le nécessaire. »« Parfait, c?est réglé alors ? »Ahmed est surpris du ton de Marie. Il la sent bien plus sûre d?elle que d?habitude et la regarde à présent dans les yeux.Marie a bien compris qu?elle avait pris le dessus et se surprend à s?imaginer profiter de la situation pour satisfaire la chaleur dans le bas de son ventre qui a du mal à la quitter depuis son striptease devant Marc. Ahmed, ce n?est pas vraiment son genre, un peu trop macho à son goût, mais elle ne peut s?empêcher de sourire en l?imaginant nu devant elle, et la tête qu?il ferait si elle baissait son pantalon maintenant et lui suçait la bite pour le faire éjaculer en quelques minutes.« C?est bon ? » lui demande-t-il étonné de son sourire et de son silence.« Oui, j?espère que c?est bon cette fois. Tu peux y aller. »Et Ahmed quitte le bureau de Marie sans même jeter un ?il sur ses seins ou son entrejambe moulé dans son vêtement étroit.La journée passe vite avec ses tâches quotidiennes, et une fois le magasin fermé, Marie monte dans le bureau de Marc qui termine sa paperasse.« Salut. Je peux entrer ? » lui demande-t-elle en passant la tête par la porte de son bureau.« Bien sûr, je crois que tout le monde est parti, Georges ferme les portes. »« Ça va ? »Marc est toujours dans sa routine : « Fatigué, mais ça va, Cathy est venue me voir pour poser une semaine et il va nous manquer une ou deux caisses pour le week-end. »« Je peux en faire une si tu as besoin. »« On va s?arranger, je crois que tu as besoin de ton week-end. » Et soudain il réalise pourquoi Marie est là, et il redoute davantage la fin de la journée seul sans Marie que ce qu?il doit faire. Il regarde Marie qui lui sourit, un sourire presque coquin :« Prêt ? »Il sort la caméra d?un tiroir : « Prêt »Il est bien plus à l?aise que ce matin, peut-être parce que le magasin est désert, la journée terminée, il est plus détendu et sa queue qu?il sent gonfler dans son pantalon lui indique une petite excitation à ce qui va suivre.Marie prend la caméra, la dirige vers Marc et avec un air faussement autoritaire : « Déshabille-toi ! »Tout en défaisant les boutons de sa chemise, il baisse la tête pour masquer son air heureux à la caméra. Il se déshabille lentement, hésitant entre un striptease pour Marie et un spectacle que regardera sans doute le Directeur. Quand il baisse son caleçon, son sexe est déjà dressé et Marie le regarde avec envie en le filmant. Elle lui tend alors le camescope et se déshabille à son tour. Elle ne regarde pas du tout la caméra et ses gestes sont bien plus langoureux que ce matin. Elle pense à Marc, à cette chaleur qui monte intensément dans son ventre, et qui ne l?a presque pas quittée de la journée. Quand elle retire son soutien-gorge, ses seins sont déjà gonflés, elle ne les caresse même pas avant d?enlever le bas. Nue, elle avance vers Marc, passe à côté tout en se laissant filmer, s?assoit à moitié sur le bureau et lève une jambe tout en écartant ses grandes lèvres des deux mains. Marc arrête la caméra et Marie s?allonge sur le bureau, une jambe au sol et la seconde toujours posée dessus, laissant totalement ouverte sa petite chatte trempée et lui dit dans ce qui ressemble à une plainte : « Fais-moi l?amour Marc, fais-moi l?amour comme hier soir. »Marc ne réagit pas, sa bite lui fait presque mal tant elle est dure, il imagine son sexe glisser lentement entre les lèvres brillantes de Marie pour pénétrer sa petite chatte étroite.« Mais on ne peut pas. » dit-il entre interrogation et peur.Marie ne bouge pas, elle a simplement relevé la tête une seconde pour le regarder d?un visage rempli de désir qui ne laisse pas le choix à Marc. Il s?avance vers elle, prend son sexe en main, et après avoir fait glisser plusieurs fois son gland entre les petites lèvres trempées, il la pénètre lentement. Celle-ci accompagne la progression de sa bite dans son intimité avec son bassin et une plainte de plaisir sonore. Marc et Marie sont en extase à l?unisson, comme s?ils avaient attendu cet instant depuis trop de temps. Marc accélère ses va et vient, Marie a du mal à retenir des souffles de jouissance, elle sait qu?elle ne va pas tarder à laisser exploser un orgasme merveilleux. Marc tente de se retenir un peu, il sent déjà que son plaisir ne va pas tarder à atteindre son paroxysme. Il caresse les seins de Marie entre ses doigts, il se penche pour les sucer quand le téléphone du bureau se met à sonner. Ils marquent tous les deux une courte pause mais Marc y met fin en s?enfonçant profondément dans l?intimité de Marie qui repose la tête et se laisse à nouveau bercer par le plaisir. Mais le portable de Marc se met alors à sonner dans son pantalon, et c?est quand celui de Marie se met à sonner à son tour que tous les deux s?arrêtent et se regardent interrogatifs. C?est Marie qui brise le silence :« Tu crois que c?est lui. »Marc n?en doute que trop peu, personne ne l?appelle à cette heure en principe. Il n?a pas le temps de répondre que le téléphone du bureau sonne à nouveau. C?est Marie qui lui fait signe de répondre. Marc, le sexe toujours au fond de celui de Marie, appuie sur le bouton du haut-parleur : « Marc S. bonjour. »« Bonjour Marc, c?est Coralie, comment vas-tu ? »Marie s?est redressée, a posé les coudes sur le bureau et regarde Marc terrorisée. Celui-ci a retiré sa bite qui a perdu de sa vigueur en quelques secondes.« Bien ! Bien, je ? » il a du mal à trouver ses mots et à masquer son essoufflement.« Vous faites du sport je vois, et il semble que Marie aussi. Peut-être est-elle avec vous ? »Il tente de se ressaisir : « Marie ? Non non elle est partie il y a quelques minutes. »Marie s?est relevée et s?est placée derrière Marc qui, penché sur le bureau, tente de répondre comme il peut.« Ah ! Sans doute. Monsieur le Directeur est avec moi, il a dû s?imaginer des choses en voyant une double alarme se déclencher sur vos montres. »« Oui, sans doute. Non, je ? J?allais partir aussi. »Et le téléphone de Marie se met à nouveau à sonner. Marc et Marie ne savent plus quoi faire.« Mais ce ne serait pas le téléphone de Marie que j?entends ? Je suis justement en train de lui téléphoner. »« Non ! » Marc ne sait plus quoi dire et dans un éclair d?imagination il reprend un peu le contrôle : « Vous voulez quoi Coralie ? Vous pensez que c?est simple de se mettre nu l?un devant l?autre ? On vient de faire ce que vous nous avez demandé et quand j?ai éteint le camescope, Marie est sortie du bureau en pleurant. Vous croyez quoi, que c?est simple pour nous, pour Marie de se déshabiller tous les matins et tous les soirs devant moi, de montrer son intimité d?une manière aussi vulgaire sans que son c?ur s?emballe ! » Marc est lui-même surpris de cette invention et Marie n?en revient pas, elle trouve Marc incroyablement lucide de trouver un tel mensonge.« Ecoute Marc, je ne pense pas que tu sois dans la meilleure position pour me parler sur ce ton. Et même si je ne peux pas prouver le contraire, je ne suis pas vraiment convaincue de ton histoire, et malheureusement Monsieur le Directeur non plus. Passons pour cette fois, mais si cela devait se reproduire, faites le nécessaire pour que vos montres ne semblent pas nous montrer une telle symbiose dans votre rythme cardiaque. Je veux bien imaginer que Marie est encore troublée par le fait de se montrer nue devant toi, même si j?en doute, mais je sais que ce n?est pas ton cas, et si vous avez bien fait vos devoirs de ce matin, je peux t?assurer que vos rythmes cardiaques n?ont pas montré la même excitation. »Coralie laisse un instant de silence puis ajoute :« Vous avez bien fait ce que vous avez à faire ce matin ? Non ? »« Oui oui on l?a fait. » Marc a changé de ton pour retrouver celui du condamné docile.« Bien ! Continuez ainsi alors. Bonne soirée Marc, et bonne soirée Marie, je sais que tu m?entends. Ah une dernière chose, Monsieur le Directeur vous a pris tous les deux un rendez-vous pour mardi prochain 18h00 dans un ? dans un institut de beauté, vous aurez le lieu dans un mail demain matin, mais bloquez déjà cette date. Bonne soirée Marc. »Et elle raccroche.Marc et Marie restent silencieux sans bouger de longues secondes, et c?est Marie qui brise le silence :« Merde ! On va faire quoi ? »Marc ne peut s?empêcher de retenir un sourire :« C?est plutôt fiable ces conneries. » puis après un silence : « Je crois qu?on n?a pas vraiment le choix, encore une fois. »Marie est prise entre la colère et sa tendresse grandissante pour Marc.« On a toujours le choix. Tu crois qu?il va faire quoi si on continue ? »« Je ne suis pas sûr d?avoir envie de le savoir. »Et puis il poursuit, ne sachant plus vraiment si c?est pour protéger Marie ou pour se protéger lui de voir sa petite Marie poursuivre l?aventure et se laisser aller dans des scènes encore plus obscènes devant le Directeur :« Il y aurait peut-être une solution. »« Ah oui laquelle ? » demande Marie impatiente.« Si tu arrêtes, tu pourras enlever cette montre et je suis prêt à affronter seul les conséquences de ce nous ferons ensuite. Et puis je n?ai pas autant de connaissances que le Directeur mais j?ai quand même quelques amis qui seront prêts à t?embaucher, j?en suis sûr. »Marc est pris d?un élan d?héroïsme dont il ne craint pas les conséquences sur l?instant, mais il comprend qu?il est en train de tomber amoureux de Marie et il se sent prêt à tout faire pour la protéger. Marie ne sait pas quoi faire, elle est tiraillée entre arrêter et continuer dans une voie qu?elle ne craint sur le moment que par le fait de ne pouvoir satisfaire ses pulsions pour Marc, ou peut-être pour le sexe tout simplement.« Et si on prenait le risque tous les deux ? » lance-t-elle presque désespérée.« Tu veux dire ne pas faire ce qu?il nous demande ? »« Oui ? Je crois. »Marc n?est pas vraiment emballé par cette solution, il craint beaucoup que son histoire avec Sandrine ressurgisse et il imagine des conséquences bien pires que ce qui l?attend pour l?instant.« J?ai peur qu?on perde beaucoup tous les deux dans ce cas, tu ne crois pas ? »« Oui, tu as raison sans doute. » Marie commence à se rhabiller, et Marc fait de même.« Viens ! » dit-elle, et elle ajoute une fois ses chaussures lacées :« Ça te dit de marcher un peu ? »Marc pourrait marcher au bout du monde avec Marie à ses côtés.« Oui, je mets l?alarme et on y va. »La tension est retombée avec la douceur de la soirée. Marc et Marie marchent en discutant de la journée, comme si tout était normal. Ils arrivent chez Marie quand celle-ci lui demande :« Je peux dormir chez toi encore cette nuit ? »Marc n?a qu?une réponse qui lui vient à la tête : « Toutes les nuits si tu veux. » mais il se retient : « Bien sûr. »« Viens, je prends des affaires pour la nuit et on va chez toi. »Marc rentre dans l?appartement de Marie, à gauche la porte de la salle de bains est ouverte, en face celle de la chambre et à droite le salon dans lequel Marie l?invite à entrer avant de retourner dans sa chambre prendre trois vêtements. L?appartement de Marie le replonge dans sa vie d?étudiant et dans ses aventures avec quelques copines qui vivaient seules aussi dans des appartements, certes plus petits, mais à la décoration aussi minimaliste. Il n?a pas vraiment le temps de fouiller du regard tous les recoins de la pièce que Marie revient :« C?est bon on peut y aller. Ne fais pas attention c?est le bordel ! » Et sans prévenir elle l?embrasse rapidement, comme sa copine pouvait l?embrasser vingt ans plus tôt avant de sortir.Ils retournent au magasin, et rentrent chez Marc en voiture. Marie se sent bien chez lui, elle est à l?abri. Elle se sent un peu comme quand elle retourne chez ses parents, trop rarement, dans sa maison d?enfance, elle y ressent une sécurité et une sérénité qui lui permettent de se libérer des contraintes du quotidien. « Je sais que je t?embête avec cette question mais on va faire quoi ? »« T?es en week-end, je travaille demain, mais je ne pense pas devoir y aller dimanche, on aura le temps de réfléchir à tout ça. »Et la soirée se passe, comme pour un couple normal, avec la seule différence qu?ils doivent retenir leur envie toujours plus intense de faire l?amour.Et le week-end se déroule de même, Marie dort à présent tous les soirs chez Marc, ils font leurs devoirs matin et soir, même si Marie est dans sa mauvaise période en ce moment ; si cela rend plus supportable l?interdiction de coucher avec Marc, elle n?est pas des plus à l?aise pour s?exhiber devant la caméra.Mardi matin, après leur strip-tease, Marie demande à Marc :« On doit aller à l?institut D. ce soir, tu n?as pas oublié ? Tu as vu c?est en plein centre. »« Oui je n?ai pas oublié, on part vers 17h30 c?est bon pour toi ? »« Super. A tout à l?heure. »Et elle le quitte après un baiser sur la joue.Marc commence à ressentir terriblement la frustration de ne pouvoir toucher ce corps qui s?offre à lui matins et soirs depuis cinq jours. Il sent une tension sexuelle qu?il n?a jamais ressentie auparavant. Il a besoin de sexe. Il se surprend à fantasmer sur tous les corps féminins qu?il croise, au magasin comme dans la rue. Le moindre décolleté, la moindre jupe provoque de légères pulsations dans sa bite, même Chantale sur laquelle il n?a vraiment jamais fantasmé, commence à lui offrir des idées perverses avec ses tenues toujours très strictes ; son âge avancé et sa peau qui a trop pris le soleil au niveau du décolleté n?empêchent pas les films les plus pornographiques lui montaient à la tête. Il s?imagine la baiser sauvagement par derrière alors qu?elle est penchée sur le bureau, après lui avoir remonté sa jupe de tailleur et déchiré ses collants.Souvent le matin au réveil, quand Marie dort encore et qu?il se lève, la bite dressée et dure comme tous les jours à présent, il se caresse doucement, faisant ressortir son gland et son excitation, mais dès qu?il sent son c?ur taper un peu trop fort dans sa poitrine, il arrête et tente de penser à autre chose.Encore une journée interminable qui est sur le point de se terminer, Marie frappe et entre dans le bureau, il est 17h15 : « C?est bon tu es prêt ? Il faut peut-être faire le film avant le rendez-vous ? »« Oui tu as raison, je ne sais pas à quelle heure on va sortir. »Le striptease est devenu quasiment mécanique, tous les deux n?éprouvent plus aucune gêne mais uniquement une excitation intense à devoir se déshabiller l?un devant l?autre. La bite de Marc reste dressée durant tout le film et pour la première fois ce soir, les lèvres écartées du sexe de Marie laissent voir des petites lèvres trempées. Quand Marc a éteint la caméra elle a caressé doucement son petit bouton sensible d?un doigt avant de la poser sur les lèvres de Marc en lui disant : « Je ne vais pas tenir longtemps, il faut que tu trouves un moyen pour me faire l?amour. »Une fois rhabillés, tous les deux sortent du bureau et, après avoir expliqué à Chantale qu?ils devaient s?absenter pour un rendez-vous fournisseur, ils se dirigent vers le parking du magasin.Dans la voiture Marie se demande ce qu?ils vont faire dans un institut de beauté, et surtout D., c?est le plus cher de la ville, elle est passée devant quelques fois mais n?a jamais osé y entrer tant les prix sont exorbitants.« C?est sympa un soin gratuit ? » dit-elle« Mouais, pourquoi pas, mais avec lui je me méfie. Enfin bon j?espère que ce n?est pas aussi le propriétaire de D. »« J?aurais peut-être dû m?habiller autrement, je n?ai pas vraiment le style pour ce genre d?institut. »« Il ne nous a rien demandé, et ta tenue est parfaite. Et si ça lui va pas il n?a qu?à nous payer des fringues. »Tous les deux ne sont pas vraiment stressés de ce rendez-vous, même s?ils le trouvent un peu surprenant. Ils arrivent devant le magasin à 17h55. Marc ouvre la porte et laisse passer Marie.
04-15-2021, at 01:39 PM
Alýntý
Reply

Thread Tools Search this Thread
Search this Thread:

Advanced Search
Display Modes



Powered by vBulletin® Version 3.8.11
Copyright ©2000 - 2021, vBulletin Solutions Inc.
izmir escort poker oyna poker oyna poker oyna poker oyna poker oyna pendik escort gaziantep escort bayan gaziantep escort seks hikayeleri tuzla escort ankara escort konyaaltý escort izmir escort